Par Claire 

L’eau est un élément familier; elle unit le ciel et la terre – eau de pluie, eau de mer, les eaux agitées signifient le mal, le désordre.
La pluie est la semence d’Ouranos qui féconde la terre; cette eau est l’eau masculine. L’eau première, l’eau naissante de la terre est féminine.
L’eau évoque la fontaine, le lavoir – lieux de mystère et de sociabilité, le pont – symbole d’unité entre deux rives.

L’eau se caractérise par sa multiplicité; elle est sacrée, purificatrice et curative.
En Bretagne, dans le village de Plouaret, la chapelle est édifiée sur un dolmen sous lequel coule une source qui a des vertus curatives, grâce aux bienfaits des 7 saints qui permettent de soigner 7 maladies.
Mais l’eau est aussi bonne pour tous : elle rend jeune ou redonne la jeunesse, elle permet aussi de maigrir (pub des eaux minérales).
Enfin l’eau est un des éléments constitutifs du Yin et du Yang. Ce n’est pas l’eau qui est Yin mais l’humide, symbolisé par les grottes, les marais, la femme et la lune.

C. Pinka Estès dans Femmes qui courent avec les loups analyse une des tâches données par Baba Yaga (Vassilissa la sage). L’héroïne doit faire la lessive de la sorcière. Par ce geste simple, redonner de la tenue à des vêtements, la jeune fille renouvelle et vivifie ses idées, ses valeurs, sa personnalité et ses désirs.

L’eau, un des 4 éléments 
Les Celtes utilisaient différents moyens pour faire disparaître les dépouilles humaines. Par exemple, le corps était enfoui dans un tronc et celui-ci livré à la rivière. Cette coutume mêle le culte de l’arbre (élément permettant de passer de la terre au ciel) et le culte de la rivière (don du corps à l’eau – mise à l’eau de la dépouille d’Arthur qui sera ensuite enflammée).
Les Egyptiens et les Indiens font naviguer aussi leurs morts sur le Nil ou les noient dans le Gange.
Les civilisations construites autour de l’eau, assimilent la notion de voyage à la mort : ''partir loin sur le fleuve ou la mer, c’est mourir un peu''. L’eau est donc ici un moyen de transport dangereux, maléfique (Ulysse, les sirènes naufrageuses) à la différence de la terre féconde.

 

Fontaine de Cornely, territoire de Belz (56)

L’eau, quelques lieux, quelques légendes 
La fontaine, le puits, la source, le lac, l’étang, le fleuve, la mare, la mer…ne sont pas simples lieux. Ils possèdent une valeur pratique et matérielle mais aussi une haute spiritualité. A ces lieux, on associe différents êtres et multiples légendes :

– Alphée tombe amoureux d’une nymphe d’Artémis, Arétuse. La déesse change la nymphe en fontaine et Alphée se transforme en fleuve pour rejoindre sa bien–aimée.

– En Nouvelle Guinée, les femmes chamanes se métamorphosent la nuit en grenouilles pour garder le fleuve et ainsi empêcher les esprits endormis des femmes, des enfants, des vieillards de pénétrer dans l’eau et de s’y perdre.

– En Australie une grenouille géante absorbe toutes les eaux. Souffrant de la soif, les animaux décident de faire rire la grenouille qui libère les eaux emprisonnées.

Si la grenouille est bénéfique, il n’en est pas toujours de même des figures féminines qui hantent les lavoirs (les lavandières de la nuit), les étangs (l’ondine de l’étang, un conte des frères Grimm), la rivière (La Vouivre), la mer (les sirènes)…
Le puits n’échappe pas à l’enchantement et révèle les secrets de l’âme du héros. De l’épreuve il sortira grandi ou mort.

Ne jamais dire "Fontaine, je ne boirai pas de ton eau" 
Le rôle des fontaines dans les légendes est considérable. La fontaine inspire respect ou crainte. Elle peut-être curative ou oraculaire.
Pour guérir, il est nécessaire  d’être en contact direct avec l’eau, soit par absorption, soit par lavage, ou encore par trempage du linge du malade. Il n’est donc pas rare de voir de nombreuses offrandes posées à proximité de la fontaine : bonnet d’enfant, pièces de monnaie, cierges…
Si les fontaines guérissent toutes les maladies, elles sont surtout favorables à l’enfant donc liées à la fécondité.
D’autres fontaines permettent de savoir si l’on se mariera dans l’année ou bien elles donnent des nouvelles des marins partis en mer.
Si les fontaines aident les hommes à mieux vivre, elles protègent aussi les troupeaux, unique richesse de l’époque, en les protégeant des maladies.
Selon la légende de Carnac, Cornély, pape à Rome, était poursuivi par des soldats païens. Deux bœufs  l'accompagnaient qui portaient ses bagages. Un soir, il arriva devant la mer. Les soldats le serraient de près, rangés en bataille. Il se cacha dans l'oreille d'un bœuf et transforma ses ennemis en pierre. En remerciement, Cornély protège le bétail et de nombreuses fontaines lui sont dédiées.

 

L’eau est partout et elle est tout; elle représente l’infinité des possibles, contient toutes les promesses de développement mais aussi toutes les menaces.

Claire